« Sur l’éducation aux écrans, il faut être pragmatique »

- Open

  • Actualites
  • Presse

Interview de Thomas Rohmer sur les écrans et l’accompagnement des parents de jeunes enfants et sur la prévention des risques liés à la pornographie pour les adolescents. 

Thomas Rohmer, membre du bureau de la Voix de l’Enfant, expert auprès du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age, est le fondateur de l’Observatoire de la parentalité et de l’Education Numérique (OPEN). Il lance avec le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, le mercredi 15 novembre, une campagne d’éducation aux écrans. Ces vidéos relaieront les réponses de Serge Tisseron aux questions concrètes posées par des parents. Elles seront disponibles sur le site de l’OPEN,  sur la chaîne Youtube de l’association et sur le site 3/6/9/12. En attendant le lancement imminent de cette campagne, Thomas Rohmer a répondu à nos questions sur les écrans et l’accompagnement des parents de jeunes enfants, mais aussi sur la prévention des risques liés à la pornographie pour les adolescents.

Quelle est votre position sur la question de l’éducation au numérique ?

Thomas Rohmer. Je travaille depuis longtemps sur la problématique du numérique dans la protection de l’enfance, avec par exemple un programme de prévention en milieu scolaire à destination des enfants et des adolescents pour faire passer certains messages, à la fois sur les aspects positifs du numérique et sur les risques. Sur ces sujets nous manquions d’efficacité et d’objectivité. On avait une approche souvent stigmatisante alors que c’est pour moi un enjeu d’éducation. D’autant plus que les outils et les équipements ont tous été fournis par les adultes. L’idée de l’Open est de donner des repères, des conseils aux référents adultes autour de ces enjeux. Nous cherchons à être pragmatiques avec une chaîne Youtube, des tutos, en partant du vécu des familles.

Observez-vous une préoccupation croissante des parents sur ce sujet ?

T.R. L’UNAF sort une étude dans quelques semaines sur 22.000 familles. Pour la première fois la problématique de l’accompagnement au sujet des écrans arrive en tête quel que soit le milieu social, devant même la réussite scolaire des enfants. Ce qui bouscule par rapport à d’autres outils, c’est que pour la première fois dans histoire de l’humanité des outils inventés par des adultes sont davantage utilisés par les jeunes. Du coup les éducateurs se réfugient derrière la posture de la non maîtrise.

C’est souvent un sujet de dispute, de tension. Le passage au collège est un moment clé avec l’autorisation du premier compte sur un réseau social. Ca génère des crispations et c’est normal. Le problème ce n’est pas le numérique en soi mais le fait que les parents ont du mal à se saisir de cet enjeu d’éducation et sont davantage dans la réaction que dans l’anticipation. J’ai vu des mères disant qu’elles ne pouvaient pas maîtriser la consommation de leur enfant, qui installaient un système électrique parallèle qu’elles faisaient disjoncter ! En tous cas nous recevons des demandes pour des interventions individuelles dans les familles et nous sommes sollicités par les infirmières scolaires qui ont identifié les familles exposées.

Les parents semblent à la fois angoissés et désemparés…

T.R. Oui et souvent ils ne réalisent pas que nous sommes aussi en permanence dans l’envoi de messages paradoxaux. L’exemplarité est importante. Les parents eux mêmes, pendant les repas familiaux, sortent leur iphone. Plus personne ne se parle. Pendant certaines périodes clé, les jeunes enfants sont en mode « réception » donc procèdent par imitation. C’est à nous de réguler nos comportements. Serge Tisseron m’a raconté le cas d’un bébé et de sa famille qu’il a reçus en consultation. Le bébé se tenait tout le temps l’oreille. Les parents étaient inquiets. Jusqu’à ce qu’ils réalisent que le père, tous les matins, en poussant la poussette, avait le téléphone collé à l’oreille.

Dans le débat intense sur la nocivité intrinsèque des écrans pour les petits, comment vous positionnez-vous ?

T.R. Je ne crois pas à cette nocivité inhérente aux écrans. Le problème des écrans avec les petits n’est pas tant l’utilisation de l’enfant que celle du parent pendant qu’il est avec son enfant. Ce n’est pas l’utilisation de l’écran par l’enfant, même jeune, qui est un problème, que le fait qu’il l’utilise seul, en l’absence de son parent et donc en l’absence de toute interaction avec un être humain. A la question « comment choisir une appli ? » on peut répondre qu’il faut choisir une appli qui plaît au parent. Comme ça il aura du plaisir à jouer avec l’enfant. Tout est une question d’utilisation, ça ne sert à rien de diaboliser l’outil. Par exemple, je suis pour ma part totalement contre l’utilisation du portable dans une cour de récréation.

La réflexion lancée par Jean-Michel Blanquer sur ce sujet est intéressante. Personne n’évoque le fait que le cyber harcèlement démarre dans l’enceinte du collège. Il faut sanctuariser les établissements scolaires. Autoriser le téléphone dans la cour c’est envoyer un message contradictoire. Le principal moment d’échange et de partage en dehors de la présence d’adulte c’est la cour. Par ailleurs on ne peut pas laisser les médecins s’alarmer sur les cas d’obésité ou de problèmes de santé des enfants ou des ados qui font de moins en moins d’activité physique et leur laisser entre les mains dans l’enceinte des établissements un outil qui pousse à la non activité physique, à la sédentarité, c’est une question de logique et de cohérence. Oui à ce que le téléphone rentre dans l’établissement, non à son utilisation dans la cour. Un principal de collège me disait que depuis qu’il avait interdit les portables il redécouvrait ce qu’était une récréation avec le brouhaha.

Faites vous, comme les auteurs du rapport de l’Académie des sciences de 2013, une différence selon la nature de l’écran ?

T.R. Oui. La télévision est néfaste en bas âge, c’est un « écran passif ». Notre espèce se développe dans l’interaction. Mais surtout je crois qu’on raisonne en terme de « device » alors que le contenu est important. On sait que les jeux videos, quand ils sont bien faits, bien utilisés, ont des côtés positifs. Pour les enfants de moins de 3 ans, il faut être très vigilant, tout est lié au comportement des parents et leur capacité à jouer avec leur enfant. On sait que les supports numériques sont précieux pour travailler avec les enfants atteints de troubles neuro-développementaux tels que l’autisme ou avec les enfants les dys. Et il existe des études, comme les travaux de Bérangère Guillery, qui montrent que certains supports numériques bien utilisés et bien accompagnés peuvent même favoriser le développement de la mémoire.

Qu’avez-vous pensé de l’alerte lancée par Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI, qui établit un lien de causalité entre une exposition massive et précoce des enfants aux écrans et des troubles du développement s’apparentant à des troubles autistiques ?

T.R. Je ne doute pas de son constat sur les troubles du développement de ces enfants. Mais si on regarde son échantillon et ce qu’elle décrit, ce sont des enfants très exposés, jusqu’à six heures par jour, ce qui est absolument énorme pour des enfants de moins de trois ans. Là on bascule dans une problématique de protection de l’enfance pure, de négligences lourdes. C’est ça qui devrait interpeller. Je trouve surprenant que ce médecin n’aille pas jusqu’au bout de son raisonnement car nous savons également que la population d’enfants qui sont reçus en PMI ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population française, il s’agit de milieux plus défavorisés.

A force de ne vouloir froisser personne on fait comme souvent les mauvais postulats. Alors que cerner la réalité du problème pourrait être utile pour mener des campagnes préventives plus ciblées et donc plus efficaces. L’interprétation journalistique de ses observations a été fortement biaisée. Après, si on prend du recul, cette médiatisation a eu l’intérêt de mettre l’accent sur une problématique annexe, celle de l’absence d’interactions, qui constitue une forme de négligence. Mais ce n’était pas le bon angle.

Concrètement, quels conseils, quelles règles claires donner aux parents ?

T.R. La règle 3-6-9-12 (utilisation proportionnée en temps et modalités différentes, selon l’âge des enfants) a le mérite d’exister et de donner des repères aux parents mais ne correspond déjà plus à la réalité de ce que vivent les familles. On peut le regretter mais empêcher un enfant de deux ans d’accéder aux écrans est devenu quasi impossible pour les parents, la vraie question est donc : qu’est ce que l’on fait de cette réalité pour pouvoir déployer un accompagnement adapté ? Le temps est une dimension importante mais il faut être plus précis. Dans toutes les activités qui sont proposées aux enfants, il y a un avant et un après. Avec les écrans on a l’impression d’une bulle qui ne nécessiterait pas une intégration dans le quotidien des familles. Nous, adultes, nous utilisons les écrans comme l’achat d’une tranquillité pour nous. Un Disney c’est une heure trente de tranquillité.

Il faut intégrer les écrans dans le planning quotidien des enfants comme une activité comme une autre. On passe notre temps lorsque les enfants sont petits à « nommer le temps » en fonction de leurs activités: « papa va te donner ton bain et après tu iras manger »… La seule activité pour laquelle on ne le fait jamais ce sont les écrans. On pose la question – « tu veux regarder un dessin animé ? »- sans lier les écrans à un moment de vie qui se déroule avant et après. Or, on sait que devant les écrans, enfants comme adultes, nous perdons la notion du temps. Il est donc primordial dès le plus jeune âge de donner des repères temporels mais en les inscrivant dans une continuité des activités quotidiennes des enfants sans en faire un moment « à part ».

Que pensez-vous de la règle des 4 pas (pas d’écran le matin, pas d’écran pendant les repas familiaux, pas d’écran le soir avant de s’endormir et pas d’écran dans la chambre de l’enfant ) ?

T.R. Cela fait 20 ans que nous sommes sur des modèles préventifs, sur le « ne pas » et ça ne fonctionne pas. L’injonction négative permanente ne sert à rien. Je regrette que cette autre grille de lecture proposée aux parents ne soit fondée que sur des interdictions, ce qui a tendance à faire culpabiliser les parents sans pour autant apporter de solution concrète. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à contacter Serge Tisseron et de lui proposer de revoir sa règle 3/6/9/12 en l’inscrivant dans le vécu des familles. L’injonction négative est pour moi un aveu de faiblesse des politiques préventives.

Votre association est aussi très mobilisée sur l’exposition des jeunes à la pornographie. Pourquoi ?

T.R. Mon intérêt pour cette question remonte au temps où j’allais voir les enfants dans les établissements scolaires. Sur le terrain les équipes faisaient part des comportements sexualisés de jeunes enfants qui ne devraient pas être dans ces postures à cet âge là, des postures issues des codes véhiculés par l’industrie porno. Comme cette gamine de 12 ans pratiquant des fellations tarifées sans avoir l’impression d’avoir des rapports sexuels (à Neuilly sur Seine, je le précise). J’ai voulu réfléchir à ce qui pouvait être à l’origine de cette consommation importante de contenus pornographiques par les jeunes. Cela m’a poussé à regarder ce qui se faisait en terme d’études. On en manquait. J’ai demandé à l’IFOP de faire une étude sur les 15-17 ans. Les résultats sont sortis en mars dernier. La majorité des ados reconnaissent être tombés sur du porno trop tôt et à avoir tendance à reproduire ce qu’ils avaient vu dans leur vie intime. On voit une consommation par les filles en très forte hausse. Dans l’échantillon, la consommation était plus importante dans les milieux aisés.

Votre étude a aussi montré une sur consommation de la pornographie chez les jeunes garçons de culture musulmane.

T.R. Oui, la consommation est de 20 points supérieure à la moyenne pour ces garçons. Le constat est corroboré par certains chefs d’établissement qui reçoivent une population essentiellement musulmane. Ils constatent que les jeunes se réfèrent beaucoup aux codes de la pornographie et sont perdus face à la sexualité, y compris en terminale. Ca ne me semble pas si étonnant. Les religions prônent toutes des interdits autour de la sexualité.

Quand on voit le décret de Burchard de Worms, un moine qui a décri en l’an 1000 toutes les pratiques interdites, avec un luxe de détail et d’imagination, on se dit que décidément Dorcel n’a rien inventé. La frustration sexuelle engendre des comportements excessifs voire déviants. La pédophilie dans l’église en est certainement une bonne illustration. Donc on peut comprendre ce qu’un porno accessible peut avoir d’attractif pour des jeunes garçons très contraints par des interdits religieux puissants. On sait aussi que pour certaines jeunes filles musulmanes, le voile devient un morceau de tissu protecteur par rapport à une regard masculin vécu comme oppresseur. Cette question d’un rapport plus que troublé à la sexualité dans les sociétés de culture musulmane a bien été abordé par Kamel Daoud. On a vu récemment une histoire assez incroyable au Maroc où une quinzaine de mineurs ont contracté la rage après avoir violé une…ânesse. Une ministre marocaine s’est exprimée en disant qu’il allait  peut être falloir s’emparer du tabou de la zoophilie.

En tous cas, en France, pour l’ensemble des jeunes, vous estimez que la facilité d’accès à ces contenus a pour conséquence de réelles problématiques dans les établissements scolaires, sur les relations filles-garçons, et sur les comportement individuel des filles et des garçons.

T.R. Oui. Internet a complètement bouleversé cette industrie en passant d’un modèle payant à du 100% gratuit en libre accès sur des milliers de sites. Plus de 300 milliards de vidéos sont visionnées chaque année dans le monde. Il y a un renforcement de l’équipement, un rajeunissement des utilisateurs, un accès facilité. Ces supports sont devenus l’un des principaux vecteurs de leur éducation sexuelle, surtout qu’en parallèle il existe toujours une difficulté à parler de sexualité pour les parents. Ces sites sont gratuits et cherchent donc à générer du trafic, pour se rémunérer via la pub. Pour cela ils basculent dans une course au trash. L’enquête d’Ovidie, ex actrice aujourd’hui réalisatrice,  » Pornocratie« , l’a bien montré: ce modèle a de terribles conséquences pour les jeunes filles issues des pays de l’est à qui on impose des pratiques extrêmes. Ovidie l’assure : jamais un producteur n’aurait osé lui proposer de telles scènes quand elle était actrice. Ces pratiques extrêmes sont démocratisées par des sites visionnés sans filtre, américains pour la plupart et qui ont le culot de de s’auto-proclamer « premiers éducateurs sexuels des enfants ».

Quelles sont vos actions face à ce phénomène ?

T.R. J’ai rencontré Ovidie qui milite pour un meilleur traitement des femmes dans cet univers et pour la protection de l’enfance, mais aussi d’autres acteurs et actrices qui m’ont contacté suite à mes déclarations dans la presse. Puis Gregory Dorcel, un des principaux producteurs de pornographie en France, qui réclame un accès restreint de ces contenus aux adultes. Nous allons lancer au printemps une campagne d’information et de prévention avec des vidéos. J’avais également convaincu Laurence Rossignol quand elle était ministre des familles que c’était un enjeu important.

Elle m’avait confié la co animation d’un groupe de travail avec la Direction Générale de la Cohésion Sociale. Il s’agissait de réfléchir à la façon de protéger l’accès pour les mineurs. Nous allons rédiger une synthèse et une note sera remise au cabinet d’Agnès Buzyn en espérant qu’il y ait une volonté politique de s’emparer de ce sujet qui n’est pas simple. Il s’agit vraiment d’un enjeu de protection de l’enfance et pas d’une démarche anti porno.

 

Gynger.fr par GAËLLE GUERNALEC-LEVY

Retrouvez l’article